Quelles sont les eaux sans nitrate ? Les effets sur la santé

Mis à jour le
min reading

Les nitrates sont présents naturellement dans l'environnement et sont essentiels au développement des plantes et végétaux. Ils sont particulièrement solubles et représentent l'une des causes majeures des pollutions des eaux. La présence des nitrates dans l'eau de boisson pose alors des questions depuis des années. Quels sont les risques pour la santé, que dit la réglementation et comment évolue la situation en France ?

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

🚫 Nitrate dans l’eau : quels sont les risques pour la santé ?

Que sont les nitrates ?

Le nitrate est une substance chimique naturelle créée au cours du cycle de l'azote, précisément lors de l'oxydation de l'azote par les microorganismes des plantes, du sol ou de l'eau. Les nitrates sont indispensables aux écosystèmes, car c'est un nutriment essentiel pour la croissance des plantes et végétaux. C'est la raison pour laquelle le nitrate est aussi beaucoup utilisé dans la composition d'engrais.

Ils sont naturellement présents dans l'environnement, mais l'intensification de l'agriculture engendre un apport excessif de nitrates causant la pollution des eaux. En effet, la concentration en nitrate dans les eaux augmente surtout à cause des activités humaines, notamment les activités agricoles et industrielles. Aujourd'hui, le nitrate est la cause majeure de la pollution des réservoirs d'eau en France et dans le monde.

Dans l'eau, les nitrates peuvent en fait provenir de :

  • La décomposition des matières végétales et animales ;
  • L'utilisation d'engrais et de fumiers dans l'agriculture ;
  • Les eaux usées domestiques et industrielles qui provoquent la nitrification de l'azote ;
  • Les précipitations, etc.

Un danger pour les nourrissons et les femmes enceintes

Il convient d'abord de noter que le nitrate en lui-même n'est pas dangereux. C'est sa transformation en nitrites qui est potentiellement toxique pour la santé.

Les nitrites peuvent provoquer la formation de méthémoglobine qui - en grande quantité - peut ralentir le transport de l'oxygène entre les poumons et leurs tissus, et donc provoquer des problèmes respiratoires. Chez l'adulte, l'acidité gastrique permet de limiter la formation de nitrites. Les nourrissons, quant à eux, sont beaucoup plus exposés à cause de leur système digestif encore peu développé.

Les autorités sanitaires recommandent que les eaux utilisées pour les nourrissons ne contiennent pas plus de 10 mg/L de nitrates. Certaines mesures d'hygiène supplémentaires s'imposent alors pour réduire au maximum le développement de la flore microbienne à l’origine de toute transformation des nitrates en nitrites chez le nourrisson. Ces mesures incluent la stérilisation des ustensiles de préparation des aliments et des biberons, etc.

Cela étant dit, la présence de nitrates dans l'eau potable ne présente pas de risques pour la santé des consommateurs, à condition qu'ils ne dépassent pas les limites imposées par les normes en vigueur. Par ailleurs, il faut savoir que les nitrates que nous consommons proviennent majoritairement de notre alimentation et pas de l'eau que nous buvons.

Notre alimentation représente 75 % de notre exposition aux nitrates (80 % pour les enfants) et l’eau que nous buvons 25 % (20 % pour les enfants). Ce sont les légumes, principalement les légumes feuilles, les plus gros contributeurs de nitrates, à hauteur de 62 % pour les adultes et 69 % pour les enfants.

Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES)

💧 Nitrate dans l’eau minérale et l’eau du robinet : que boire ?

Les 10 eaux minérales avec le moins de nitrates

Les eaux minérales proviennent d'une ressource profonde microbiologiquement saine. Ce sont des eaux qui peuvent avoir des fortes teneurs en minéraux qui ne sont pas tolérées pour l'eau du robinet.

Il est important de vérifier la quantité de minéraux (sodium, nitrates, magnésium, calcium, sulfates, etc.) que l'eau minérale contient avant de la consommer, car une eau trop riche en minéraux doit être consommée de façon limitée. En ce qui concerne le nitrate particulièrement, voici les 10 eaux minérales qui en contiennent le moins en France à titre d'indication :

Les 10 eaux minérales avec le moins de nitrates en France
Marque de la bouteille Taux de nitrates
Wattwiller Pas de nitrate
Mont Blanc Pas de nitrate
Abatilles Pas de nitrate
Velleminfroy Pas de nitrate
Montcalm 0,7 mg/L
Mont Roucous 2 mg/L
Celtic 2,1 mg/L
Volvic 7 mg/L
Thonon 8 mg/L
Puits Saint Georges 8 mg/L

Source : Comparatif de 23 eaux minérales en France - Doctissimo

Le taux de nitrate dans l’eau du robinet en France

Concernant l'eau du robinet, le taux de nitrate qu'elle contient est fortement réglementé. Selon le rapport du Ministère de la santé  - sur la qualité de l'eau du robinet en France vis-à-vis des nitrates en 2019 -, 99,2 % de la population, soit 65,4 millions d’habitants, a été alimentée en permanence par de l’eau conforme vis-à-vis des nitrates. Dans 58 départements, 100 % de la population a été desservie par une eau respectant la limite de qualité pour les nitrates, contre 99 % dans 88 départements.

À l'inverse, environ 540 000 habitants ont été alimentés par une eau au moins une fois non-conforme, ayant poussé à une restriction temporaire de l'usage de l'eau du robinet pour les nourrissons et les femmes enceintes. La réglementation est donc très stricte pour l'eau du robinet. À titre d'indication, voici le taux de nitrates contenu dans l'eau du robinet dans une sélection de villes en France, selon les analyses ARS les plus récentes (en janvier 2023) :

Taux de nitrates dans l'eau du robinet en France
Ville Taux de nitrates
Paris 29 mg/L
Nantes Entre 5 et 28 mg/L
Marseille 2,2 mg/L
Lille 17 mg/L

Eau minérale ou eau du robinet : que boire ?Beaucoup de consommateurs ne font pas confiance à l'eau du robinet en France et préfèrent consommer l'eau minérale en bouteille. Mais il faut préciser que, contrairement à l'eau du robinet, la quantité de minéraux contenus dans les eaux minérales est peu réglementée. Les eaux minérales peuvent contenir de fortes teneurs en minéraux qui ne seraient pas acceptables pour l'eau du robinet. L'argument généralement utilisé est que les eaux minérales permettent de réduire certaines carences grâce à la quantité de minéraux qu'elles contiennent, mais une consommation excessive de minéraux est néfaste pour l'organisme. Par ailleurs, l’assimilation du calcium et du magnésium de ces eaux est faible. Pour ceux qui souhaitent une meilleure alternative à l'eau du robinet (pour avoir un meilleur goût par exemple), il vaut mieux opter pour les eaux de source qui sont soumises aux mêmes réglementations que l'eau du robinet. Dans tous les cas, l'eau du robinet reste la plus contrôlée, la moins chère et la plus écologique.

La réglementation sur les nitrates en France

La limite de qualité pour les nitrates dans l'eau distribuée est fixée à 50 mg/L. Celle-ci est fixée dans l'arrêté du 11 janvier 2007 modifié relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la consommation humaine, transposant la directive européenne 98/83/CE. Lorsque que cette limite est dépassée, des restrictions d'usage sont immédiatement mises en place sur les réseaux concernés, surtout pour les groupes de personnes les plus sensibles.

Les limites de qualité sont des seuils fixés pour des paramètres dont la présence dans l'eau peut générer des risques pour la santé des usagers. Elles sont déterminées par le Code de la santé publique, à partir des évaluations menées par l'OMS (Organisation mondiale de la santé). Elles prennent en compte les populations les plus vulnérables comme les nourrissons et les femmes enceintes.

Pourquoi y a-t-il des dérogations ? Une dérogation est une procédure qui permet d'encadrer les dépassements des limites de qualité de l'eau. Ainsi, une dérogation temporaire peut être accordée pour certains polluants lorsque la consommation de l'eau ne constitue pas de danger pour la santé malgré le dépassement, et lorsque aucune mesure corrective ne peut être mise en place immédiatement. Pour le nitrate en particulier, la dérogation est possible lorsque le taux ne dépasse pas les 100 mg/L. En 2012, environ 350 communes étaient concernées par des dérogations, majoritairement liées aux limites de qualité pour les nitrates et les pesticides. Les dérogations ne peuvent pas excéder trois ans.

💡 Pourquoi retrouve-t-on du nitrate dans l’eau ?

Les causes de la pollution aux nitrates

Normalement, la présence des nitrates dans les eaux souterraines ou de surface n'est pas problématique, car la nature parvient à les éliminer.

Mais comme mentionné plus haut, ce sont principalement les activités agricoles et industrielles qui causent la pollution des eaux. Plus précisément, l'usage excessif d'engrais - causant des apports trop élevés par rapport aux besoins des plantes - engendre une forte présence de nitrates difficilement biodégradables.

En fait, il y a trois principales causes de la pollution de l'eau par les nitrates :

  • L'agriculture : le nitrate est utilisé dans l'agriculture au moyen d'engrais visant à favoriser les cultures. Lorsque les engrais sont utilisés à quantité adéquate, ils sont bénéfiques pour les plantes sans causer de préjudice. Toutefois, à quantité trop élevée, les nitrates ne sont pas absorbés par les plantes mais s'infiltrent vers les nappes phréatiques. Selon Actu-environnement, 66 % des nitrates présents dans l'eau proviendraient de l'agriculture ;
  • Les eaux usées domestiques : les eaux usées sont chargées en matières organiques et donc en nitrates. Grâce aux réseaux d'assainissement, elles sont évacuées et acheminées vers des stations d'épuration avant d'être rejetées dans le milieu naturel. Malheureusement, il existe encore des endroits où les eaux usées sont directement rejetées dans les cours d'eau, ou dans lesquels les stations d'épuration ne parviennent pas à éliminer entièrement les impuretés des eaux ;
  • Les rejets des usines et des industries : 12 % des nitrates dans l'eau seraient dus aux activités et rejets des industries.

Évolution de la pollution aux nitrates depuis les années 1970

La prise de conscience concernant le problème causé par les quantités excessives de nitrates dans l'eau s'est faite dans les années 1970. Une stratégie avait alors été proposée aux professionnels de l'agriculture pour mieux maîtriser la fertilisation azotée et ajuster la quantité d'engrais en fonction des besoins de la végétation.

Ensuite, c'est en 1975 qu'a été adoptée la directive européenne qui imposait que les eaux de captage ne contiennent pas plus de 50 mg de nitrates par litre. Une nouvelle directive européenne voit le jour en 1991, visant la protection des eaux contre la pollution par les nitrates à partir de sources agricoles. Ainsi, depuis la fin des années 90, les concentrations en nitrates dans les eaux souterraines sont relativement stables, la moyenne nationale par point de surveillance étant entre 20 et 30 mg/L.

Les dates clés :
  • 1975 : Adoption de la directive européenne imposant la limite de qualité pour les nitrates à 50 mg/L ;
  • 1991 : Apparition de la directive européenne dite Nitrate concernant la protection des eaux contre la pollution par les nitrates à partir de sources agricoles ;
  • 2000 : Directive cadre sur l'eau, atteinte d’un bon état écologique des eaux fixée pour 2015 ;
  • 2001 : La Cour de justice européenne condamne la France pour non-respect de la réglementation sur les nitrates, alors que 37 points de captage dépassent la norme de 50 mg/L ;
  • 2002 : Arrêt de la Cour de justice européenne ;
  • 2006 : Adoption de la loi sur l'eau et la protection des milieux aquatiques ;
  • 2007 : Annonce d'un plan de 74,4 millions d'euros par le ministre de l'Agriculture, dans le but de mettre aux normes 1 800 installations agricoles et réduire les pollutions dans neuf bassins bretons dont les taux de nitrates ne respectent pas la norme de 50 mg/L.

✔ Comment limiter la quantité de nitrates dans son eau ?

Quelques astuces pour enlever les nitrates dans l’eau à la maison

Pour limiter la quantité de nitrates dans son eau de boisson, la carafe filtrante ou encore le filtre de charbon actif ne suffisent malheureusement pas. Ce sont davantage des solutions qui adoucissent une eau dure et éliminent donc des substances comme le calcaire, mais pas les nitrates. Bouillir l'eau n'est pas non plus efficace contre les nitrates. Cela peut, au contraire, faire augmenter leur concentration dans l'eau.

La seule véritable solution contre les nitrates est le système d'osmose inverse. Il s'agit d'un système de triple filtration. L'eau passe par un premier filtre qui retient les plus grosses matières en suspension, puis par un filtre à charbon actif pour éliminer les substances plus fines comme le chlore. Le troisième filtre est l'osmose inverse qui va retenir les derniers éléments restants, comme le nitrate et d'autres résidus chimiques. Ce système permet également de supprimer le mauvais goût et la mauvaise odeur de l'eau.

Ce système coûte de 200 à 2 000 €, selon ce qui a été constaté sur différents sites marchands.

Les solutions à l’échelle nationale

À l'échelle nationale, plusieurs mesures et directives sont aujourd'hui en place pour lutter contre la pollution des eaux par le nitrate. Parmi elles :

 La directive européenne 91/676/CEE dite Nitrate mentionnée plus haut. Celle-ci impose aux États-membres de l'Union européenne de délimiter les zones vulnérables à la pollution par les nitrates et de mettre en place un programme d'actions national Nitrates dans ces zones. On parle de mesures de bonne gestion des fertilisants et de mesures visant à limiter les fuites de nitrates au niveau des parcelles agricoles, par exemple ;

 Différentes actions sont aussi menées par les agences de l'eau. Six agences de l'eau en Bretagne (particulièrement touchée par la pollution aux nitrates) auraient accordé 477 millions d’euros d’aides entre 1997 et 2002 au titre de la lutte contre les pollutions agricoles ;

 Une surveillance permanente des eaux par les gestionnaires des services de l'eau, sur tous les points de production. Aussi, des analyses d'eau potable réalisées par les Agences régionales de santé (ARS) s'assurent que l'eau distribuée comprend un taux de nitrates ne dépassant pas les normes en vigueur sur la potabilité de l'eau. Les analyses ARS sont publiques et peuvent être consultées en mairie, sur le site du Ministère de la santé ou encore sur les sites des fournisseurs d'eau. À savoir que la recherche des nitrates dans les eaux est un bon indicateur, car leur présence peut aussi faire suspecter la présence d'autres substances chimiques comme les pesticides.

🔎 Eau sans nitrate : les questions fréquentes

Nitrate dans l’eau de l’aquarium : un risque pour mes poissons ?

À quantité trop élevée, le nitrate peut devenir toxique pour les poissons dans l'aquarium. Il peut ralentir leur croissance, voire entraîner leur mort. Le problème est qu'il est souvent difficile de contrôler le taux de nitrates dans l'aquarium car ce taux augmente très facilement et pour différentes causes : une suralimentation des poissons, des filtres non remplacés, une eau qui n'a pas été changée assez fréquemment, etc.

Il existe heureusement différentes astuces pour réduire le taux de nitrates dans les aquariums :

  1. Utiliser de l'eau purifiée ;
  2. Nettoyer les objets et produits de l'aquarium à l'eau purifiée avant de les mettre en contact avec l'eau ;
  3. Installer des plantes dans l'aquarium, qui pourront absorber une bonne partie du nitrate ;
  4. Ne pas suralimenter les poissons et ne pas sur-peupler l'aquarium ;
  5. Garder le bac propre, etc.

Qu’est-ce que l’eutrophisation ?

L'eutrophisation désigne l'accumulation des nutriments dans un écosystème donné. On parle alors d'eutrophisation dans le milieu aquatique lorsqu'il y a un apport excessif de substances nutritives et que celles-ci prolifèrent. Ces nutriments sont principalement le phosphore (contenu dans les phosphates) et l'azote (contenu dans l'ammonium et les nitrates).

En temps normal, l'eutrophisation est un processus très lent qui peut s'étaler sur de nombreux siècles. Toutefois, elle peut être accélérée par les apports liés aux activités agricoles et industrielles. On parle alors d'hypereutrophisation.