Assainissement des eaux domestiques : définition, fonctionnement, loi

💧 EN PLEIN DÉMÉNAGEMENT ?Notre service de transfert global vous accompagne dans les démarches liées à vos contrats (électricité, gaz, eau, télécoms, assurances, etc.). Contactez un conseiller Selectra au :
☎️ 09 87 67 54 96
Rappel gratuit

Assainissement eaux domestiques

Après avoir été utilisées et consommées, que deviennent vraiment les eaux usées ? En principe, elles sont rejetées dans la nature, mais il faut savoir qu'elles contiennent des substances toxiques et résidus nocifs pour l'environnement (produits de lessives, résidus de médicaments, etc.). Ainsi, elles doivent en amont faire l'objet d'une épuration avant leur rejet, pour préserver les milieux aquatiques. C'est cette étape que l'on appelle l'assainissement des eaux usées. Quels types d'eaux usées existent-ils et qui est en charge de l'eau et l'assainissement en France ? Explications.


💦 Qu'appelle-t-on les eaux usées ?

Définition

Loupe

Les eaux usées sont les eaux altérées par les activités humaines. Les activités humaines peuvent être d'ordre domestique, industriel, artisanal ou encore agricole, etc. Pour faire simple, ce sont des eaux polluées par des matières solides et des résidus toxiques après leur usage. Elles doivent faire l'objet d'une évacuation et d'une épuration avant d'être rejetées dans le milieu naturel, pour préserver la faune et la flore aquatiques, ainsi que l'environnement.

Pour l'expliquer plus en détail, il faut savoir que l'on distingue différentes "familles" d'eaux usées. Selon leur usage et leur provenance, la façon dont elles sont traitées et assainies peut varier.

Les eaux usées domestiques

Les eaux usées domestiques sont simplement les eaux que nous consommons chaque jour à la maison. On distingue deux types d'eaux usées domestiques :

  1. Les eaux vannes ou eaux noires : elles désignent les eaux venant des toilettes. Elles sont composées de diverses matières organiques azotées, du phosphore, de l'ammoniac et de germes fécaux ;
  2. Les eaux ménagères ou eaux grises : qui font référence aux eaux que nous utilisons dans la cuisine (lave-vaisselle, lave-linge, etc.) et la salle de bain (douche, lavabo, etc.). Ces eaux sont généralement chargées de détergents toxiques, graisses, produits cosmétiques, médicaments ainsi que des métaux lourds comme le cadmium, le plomb, le mercure, etc.

Selon le CIEAU (Centre d'information de l'eau), voici ce que représente la pollution journalière de l'eau par personne sur la base d'une consommation de 150 à 200 litres par jour :

  • 90 grammes de matières organiques ou minérales ;
  • 57 grammes de matières oxydables ;
  • 15 grammes de matières azotées ;
  • 4 grammes de phosphore qui sont principalement issus de détergents et de produits nettoyants ;
  • 0,23 gramme de résidus de métaux ;
  • 0,05 gramme de composés (fluor, chlore, etc.) ;
  • 1 à 10 milliards de germes par 100ml.

Les eaux usées agricoles

eaux-usees

Les eaux usées agricoles ou industrielles proviennent d'ateliers de fabrication et de différentes industries. Elles sont très différentes des eaux usées domestiques dans leur composition. Elles peuvent aussi être beaucoup plus toxiques, et dans ce cas, elles font l'objet d'un prétraitement par les industriels avant d'être évacuées et collectées par les services d'assainissement d'eau.

Par ailleurs, elles ne sont jamais mêlées aux eaux domestiques avant d'être complètement débarrassées de toutes matières dangereuses pour le bon fonctionnement des réseaux de collecte et des usines de production.

En plus des matières organiques et azotées ainsi que du phosphore que l'on retrouve habituellement dans les eaux usées domestiques, les eaux usées argicoles sont composées de :

  • Produits toxiques et chimiques ;
  • Micropolluants organiques ;
  • Hydrocarbures ;
  • Solvants, etc.

Les eaux pluviales et de ruissellement

Les eaux pluviales et de ruissellement font simplement référence aux eaux de pluies. Il faut savoir que les eaux de pluies ne sont pas dépourvues de pollution. Au contact de l'air, elles sont chargées d'impuretés comme les fumées industrielles ou encore des résidus de pesticides.

Les eaux de pluie peuvent aussi être altérées par différents résidus (carburants, métaux lourds, etc.) au cours de leur ruissellement sur les toits ou les chaussées des villes par exemple.

Ainsi, les eaux pluviales doivent également être traitées et épurées avant d'être rejetées dans les cours d'eau, sans quoi elles pourraient constituer une cause de dégradations importantes dans les milieux aquatiques. Selon le CIEAU, la France est sillonnée par plus de 93 000 kilomètres de tuyaux d'évacuation d'eaux de pluie aujourd'hui.

Les eaux de pluie peuvent être mêlées aux eaux domestiques, notamment lorsque le système d'assainissement d'eau est unitaire. Cependant, le système unitaire est progressivement remplacé par un assainissement séparatif, afin d'éviter la surcharge des stations de traitement des eaux domestiques, surtout dans les périodes particulièrement pluvieuses et orageuses. Durant ces périodes, la quantité d'eau qui arrive dans les stations peut très vite dépasser leurs capacités de traitement.

🔎 Qu'est-ce que l'assainissement des eaux usées ?

L'assainissement, l'une des étapes du petit cycle de l'eau

cycle eau

L'assainissement des eaux usées fait partie des étapes clés du cycle domestique de l'eau (aussi appelé petit cycle de l'eau). Pour faire clair, l'eau passe par de nombreuses étapes de traitement et de potabilisation avant d'arriver au robinet du consommateur. Puis, après l'usage, elle doit être collectée puis épurée, avant d'être rejetée dans le milieu naturel. C'est cette seconde étape d'après usage qui correspond à l'assainissement des eaux usées.

En clair, c'est un service qui consiste à :

  1. Collecter les eaux usées ;
  2. Dépolluer ou épurer les eaux usées dans les stations d'épuration ;
  3. Les rejeter dans les cours d'eau et autres milieux aquatiques naturels ;
  4. Gérer les eaux pluviales et de ruissellement dans le cas d'un système d'assainissement unitaire.

Quelle différence entre le traitement de l'eau et l'assainissement des eaux usées ? Le traitement de l'eau et l'assainissement des eaux usées sont deux processus très différents. Le traitement de l'eau a pour but de potabiliser l'eau, et donc de la rendre conforme aux normes de potabilité, avant de la distribuer aux consommateurs. L'assainissement des eaux usées, quant à lui, consiste à dépolluer l'eau dans des stations d'épuration, et donc à la rendre la moins polluante possible pour ne pas détériorer la qualité des ressources en eau et de l'environnement. Il faut souligner qu'une eau propre qui sort d'une station d'épuration n'est absolument pas potable.

Quels sont les différents types d'assainissement ?

Le service de l'assainissement des eaux usées peut prendre deux formes :

  1. L'assainissement collectif : on parle d'assainissement collectif lorsque les eaux usées sont collectées et traitées par le service public d'assainissement. Il est courant dans les villes et villages où les populations sont denses. On l'appelle aussi tout-à-l'égout, mais il faut faire attention à cette appellation qui peut être trompeuse. Un tout-à-l'égout signifie que tout ce qui est collecté dans le réseau est acheminé vers une station d'épuration - et non que tout peut être jeté dans les égouts. Pour info, dans les communes où un réseau d'assainissement collectif est mis en place, les propriétaires disposent de 2 ans pour raccorder leur bâtiment ou logement ;
  2. L'assainissement non collectif : dans les communes où les habitations sont plus dispersées, il est plus économique d'épurer les eaux directement sur place à l'aide de dispositifs d'épuration dédiés et indépendants. Ainsi, on parle d'assainissement non collectif. Par ailleurs, les immeubles ou maisons non raccordés au réseau d'eau doivent être branchés sur une installation d'assainissement individuel. Les usagers peuvent réaliser les travaux de branchement eux-mêmes ou faire appel à des entreprises spécialisées.

Qui s'occupe de l'assainissement des eaux usées ?

En France, ce sont les communes qui gèrent les services de l'eau, et cela inclut l'assainissement des eaux usées. Toutefois, il y a différents modes de gestion possibles. La gestion en régie publique ou en délégataion de service, pour l'assainissement collectif ; et la SPANC - Service Public d'Assainissement Non Collectif, pour l'assainissement non collectif.

Pour l'assainissement collectif

La commune a le choix entre deux modes de gestion du service de l'eau :

  1. La commune gère directement le service : dans ce cas, on parle de régie publique. La commune gère et exploite le réseau, et se charge alors de tout le cycle de l'eau, de sa production à son assainissement, en passant par sa distribution ;
  2. La commune délègue le service : ici, la commune délègue une partie ou l'intégralité du service de l'eau à une entreprise privée, comme Veolia, Saur ou encore Suez. On distingue par ailleurs deux types de délégation : la concession, où l'entreprise délégataire finance et exploite tous les équipements du réseau, et l'affermage, où la collectivité reste propriétaire des équipements, mais en confie l'exploitation et l'entretien à un fournisseur d'eau privé.

Pour l'assainissement non collectif

Dans le cas de l'assainissement non collectif, même si les installations d'assainissement sont autonomes, elles sont aussi gérées par les communes depuis la loi sur l'eau de 1992 - cela, pour assurer un meilleur contrôle du service et éviter tout risque sanitaire.

Les communes doivent alors mettre en place un Service public d'assainissement non collectif (SPANC) qui a pour rôle de fixer des règles techniques et de sécurité pour l'implantation des installations. Ainsi, toute personne souhaitant effectuer des travaux de branchement à une installation d'assainissement individuel doit d'abord soumettre son projet au SPANC. Celui-ci doit étudier le projet puis remettre une attestation de conformité à la réglementation, qui devra être jointe au permis de construire.

À la fin des travaux, le SPANC est également chargé de contrôler la bonne exécution et le respect des normes de l'installation. À savoir que toute installation ne répondant pas aux normes doit faire l'objet de travaux de mise en conformité dans un délai de 4 ans.

✔ Quels sont les types de traitement pour l'assainissement collectif ?

Grâce au service d'assainissement de l'eau, les eaux usées sont traitées avant de rejoindre le milieu naturel, afin de minimiser leur impact sur les milieux aquatiques et l'environnement. Ce traitement se fait selon différents procédés techniques et chimiques propres à chaque station d'épuration, mais à titre d'indication, voici les 5 grandes étapes du traitement des eaux usées domestiques :

  1. Le dégrillage : un dégrilleur ou un tamiseur est utilisé ici pour débarrasser les eaux usées des éléments insolubles tels que les plastiques, les morceaux de bois, etc. Il s'agit ici d'une phase de prétraitement ;
  2. Le dessablage et le dégraissage : le sable et les graisses n'ayant pas pu être arrêtés par l'étape du dégrillage, les eaux usées doivent passer par une étape de dessablage, puis de dégraissage. Pour cela, elles sont généralement placées dans un premier bassin appelé le dessaleur où les matières plus lourdes que l'eau (sable ou gravier) se déposent au fond. Ensuite, elles passent dans un second bassin pour racler les graisses ;
  3. Le traitement biologique : cette étape consiste à transformer les impuretés en boues, comme ce qui se passe dans le milieu naturel dans les rivières, mais en accéléré. Pour cela, les eaux passent dans un bassin qui contient des bactéries capables de digérer les substances impures et les transformer en boues. En France, deux techniques peuvent être utilisées : le traitement sans oxygène ou le traitement avec oxygène aussi appelé procédé de boues actives. Ce dernier est le plus couramment utilisé ;
  4. La clarification de l'eau : elle consiste à séparer l'eau des boues, grâce à des bassins spéciaux appelés clarificateurs. A ce stade, l'eau est débarrassée de plus de 80% de ses impuretés et peut être rejetée dans les cours d'eau (source : l'agence Eau Artois Picardie) ;
  5. Le traitement des boues : en moyenne 2 litres de boues sont produits par habitant et par jour dans une station d'épuration. Ces boues doivent être traitées ou réutilisées. En général, elles sont utilisées en agriculture comme engrais.

📌 Pourquoi assainir les eaux usées ?

Pour la préservation de l'environnement

preservation environnement

L'assainissement des eaux usées est essentielle pour la préservation de l'environnement, et notamment de la faune et la flore. Sans les systèmes d'assainissement, les déchets humains contenus dans les eaux usées pourraient pénétrer dans les eaux souterraines et en surface, et consommer l'oxygène des rivières.

Les rivières ont des propriétés d'autoépuration, mais si les eaux ne sont pas dépolluées avant d'y être rejetées, la quantité des substances toxiques et chimiques qui les pénètre pourrait excéder ses capacités. Un tel niveau de pollution créerait des zones privées d'oxygène ayant pour conséquence la mort de la flore et la faune aquatiques (dont les poissons principalement).

Pour la préservation des ressources en eau

Il est important de rappeler que la ressource en eau est très limitée. Même si la Terre est recouverte d'eau à 75%, seulement 2,5% de cette eau est douce. Cela fait qu'encore aujourd'hui, un tiers de la population mondiale n'a pas accès à de l'eau potable. Préserver les ressources en eau constitue donc un enjeu majeur.

La France dispose d'une quantité de ressources suffisantes en eau pour satisfaire les besoins de l'ensemble de sa population. Toutefois, cette ressource doit être préservée pour prévenir les pénuries. En effet, les ressources en eau doivent répondre à des normes de qualité strictes pour se qualifier à la production d'eau potable. Ainsi, plus les ressources sont polluées, moins il y aura de ressources répondant aux normes et pouvant être utilisées pour produire de l'eau potable.

Voilà pourquoi l'assainissement des eaux usées est essentiel. Elle permet de dépolluer les eaux et limiter la pollution des réserves en eau disponibles, afin qu'elles continuent de produire de l'eau potable et de répondre aux besoins des ménages. Cela limite aussi les procédés de traitement et de potabilisation de l'eau. En effet, des ressources hautement polluées nécessiteront un niveau de traitement plus important, entraînant la hausse des coûts liés aux services de l'eau et d'assainissement (donc la hausse des prix de l'eau pour le consommateur).

Pour préserver la qualité de vie des usagers

L'assainissement des eaux usées permet une protection sanitaire des populations ainsi que la préservation de leur qualité de vie. La dépollution des eaux protège par exemple les eaux de baignade de virus et bactéries, qui peuvent être nocifs pour la santé des usagers.

Préserver les ressources en eau grâce à l'assainissement permet aussi d'assurer le maintien de nombreux secteurs d'activités qui ont besoin d'eau propre pour fonctionner, comme le secteur agricole ou encore le secteur du tourisme par exemple.

📊 L'assainissement des eaux usées en quelques chiffres

En France, l'assainissement des eaux usées est un service qui représente plusieurs centaines de millions d'euros d'investissements tous les ans. Ces investissements servent notamment à l'amélioration constante des services et installations, mais également à la mise en place de nouvelles stations d'épuration. Par exemple, en 2016, on recense 21 474 stations d'épuration en France, contre 20 271 en 2013 (soit plus de 1000 stations de plus).

📌 L'eau et l'assainissement en quelques chiffres en France (source : le service public d'information sur l'eau - Chiffres clés) :
  • 21 474 stations d'épuration en France en 2016 ;
  • 92,9% des stations de traitement des eaux usées conformes pour les performances en 2013 ;
  • Près de 100% de la population française raccordée à un réseau d'assainissement aujourd'hui, dont 82% à un réseau collectif en 2008 ;
  • 16 715 services publics d'assainissement collectif en 2014 ;
  • 3 800 services publics d'assainissement non collectif en 2014 ;
  • 10,9 milliards d'euros de dépenses pour l'assainissement collectif en 2013 ;
  • 660 millions d'euros de dépenses pour l'assainissement non collectif en 2013.
Mis à jour le