Empreinte eau : qu'est-ce que c'est et comment la réduire ?

Mis à jour le
min reading
Empreinte eau

L'empreinte eau désigne le volume total d'eau nécessaire à la production d'un bien ou d'un service. Comme l'empreinte écologique, le concept d'empreinte eau sert à mesurer les impacts de l'activité humaine sur l'eau à tous les niveaux : domestiques, agricoles, industriels, etc.

Comprendre l’empreinte eau

Définition de l'empreinte d'eau

L'empreinte eau est, par définition, une mesure de la quantité totale d'eau douce utilisée pour produire un bien ou un service . En d'autres mots, il s'agit de quantifier l'eau que l'on ne consomme pas directement. Cette eau est appelée eau virtuelle, car elle est utilisée pour produire des biens exportables dans un endroit, mais est ensuite consommée virtuellement dans un autre espace.

L'empreinte hydrique est aussi un indicateur pour mesurer le gaspillage d'eau douce. En effet, le concept d'empreinte eau a été créé par l'UNESCO en 2002 par le professeur hollandais en gestion de l'eau, Arjen Hoeskra. Le but étant de développer des outils de mesure pour encourager une utilisation plus durable de l'eau, face une demande en eau qui ne cesse d'augmenter.

On peut parler d'empreinte d'eau pour un individu, une entreprise ou encore un pays. A l'échelle d'un pays, l'empreinte eau de consommation se décompose en :

  1. Empreinte eau interne : le volume d'eau nécessaire pour produire les biens et services consommés à l'intérieur du pays ;
  2. Empreinte eau externe : le volume d'eau nécessaire pour produire les biens importés.

Les trois types d'empreintes hydriques : verte, bleue, grise

Les méthodes utilisées pour calculer l'empreinte hydrique sont similaires à celles utilisées pour l'empreinte écologique. Le calcul prend en compte l'ensemble des flux d'eau liés aux opérations pour mettre en place un service, fabriquer un produit ou faire fonctionner une organisation - de la mise en place jusqu'au traitement des éventuels déchets.

Selon Water Footprint Network - une organisation créée en 2008 pour promouvoir le concept d'empreinte eau -, le calcul repose sur trois grands types d'eau :

  1. L'eau verte : elle désigne l'eau issue de la pluie et des précipitations atmosphériques. Elle est stockée dans les sols, puis utilisée pour l'alimentation des végétaux et la production de cultures sans irrigation artificielle ;
  2. L'eau bleue : elle désigne l'eau de surface et l'eau souterraine. L'eau bleue représente ainsi l'eau prélevée dans les rivières, les lacs et les nappes pour la production de biens et services ;
  3. L'eau grise : elle désigne la quantité d'eau nécessaire au traitement des eaux usées issues de la production des biens et des services.

Exemples concrets pour illustrer le concept

Pour mieux comprendre le concept d'empreinte eau et surtout comprendre ses enjeux, prenons quelques exemples concrets :

1️⃣ La production d'1 kg de viande de boeuf :

Si l'on considère qu'un boeuf est capable de produire 200 kg de viande, nous devons calculer la quantité d'eau nécessaire à cette production pour connaître son empreinte eau. Il faut alors prendre en compte :

  • L'eau que l'animal boit jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge adulte = 24 000 litres environ ;
  • L'eau pour assurer son entretien = 7 000 litres environ ;
  • L'intégralité de sa nourriture, incluant les grains et l'herbe = plus de 3 millions de litres.

Cela signifie qu'il faut 3 031 000 litres d'eau pour produire 200 kg de viande, soit environ 15 000 litres pour 1 kg.

2️⃣ La production d'1 t-shirt en coton :

Si l'on prend pour exemple un t-shirt de 250 grammes, il faut savoir qu'il faut environ 10 000 litres d'eau pour produire 1 kg de coton, selon Water Footprint Network. Cela signifie que la production d'un seul t-shirt en coton nécessite 2 500 litres d'eau environ. Cela n'inclut pas encore l'eau liée à la production même du t-shirt (filature, tissage, etc.) et à son usage.

Plus précisément, nous pouvons utiliser la méthode de calcul de Water Footprint Network, qui estime que la production d'un t-shirt nécessite plus de 2 700 litres d'eau, dont :

  • 1 230 litres d'eau bleue ;
  • 1 110 litres d'eau verte ;
  • 380 litres d'eau grise.

Empreinte eau : combien d'eau je consomme réellement ?

Pour mesurer son empreinte eau, un individu doit alors prendre en compte sa consommation d'eau personnelle à destination des usages domestiques ainsi que sa consommation d'eau virtuelle. Il faut savoir que Water Footprint Network met à disposition un outil en ligne pour calculer son empreinte eau.

Water Footprint Network a établi une liste des quantités moyennes d'eau virtuelle nécessaires à la production de certains produits consommés au quotidien :

Consommation d'eau virtuelle moyenne d'une sélection de produits
Produit Eau virtuelle (en litres)
Une tasse de thé 34 litres d'eau virtuelle (Source : Water Footprint Network, 2021)
Une tranche de pain blanc 40 litres d'eau virtuelle (Source : Hoekstra et al., 2011)
Une pomme 70 litres d'eau virtuelle (Source : Water Footprint Network, 2021)
Un oeuf de poule 200 litres d'eau virtuelle (Source : Mekonnen et Hoekstra, 2020)
Un kilogramme de riz 2 497 litres d'eau virtuelle (Source : Mekonnen et Hoekstra, 2020)
Un kilogramme de boeuf 15 415 litres d'eau virtuelle (Source : Mekonnen et Hoekstra, 2020)
Un kilogramme de fromage 5 060 litres d'eau virtuelle (Source : Mekonnen et Hoekstra, 2020)
Une bouteille d'eau en plastique 7 litres d'eau virtuelle (Source : Water Footprint Network, 2021)
Un t-shirt en coton 2 700 litres d'eau virtuelle (Source : Water Footprint Network, 2021)
Une paire de chaussures en cuir 8 000 litres d'eau virtuelle (Source : Water Footprint Network, 2021)

L'empreinte d'eau en France comparée aux autres pays

Situation en France : consommation, production, import-export

Selon un rapport de Water Footprint Network, l'empreinte eau en France est de 110 milliards de m3 par an, ce qui équivaut à 1 875 m3 par an par habitant. C'est beaucoup moins que l'empreinte eau d'un Américain, équivalent à environ 2 500 m3. Toutefois, c'est 30 % supérieur à la moyenne mondiale qui est de 1 243 m3 par personne par an. Cette empreinte eau est répartie de la manière ci-dessous :

L'empreinte eau de la production nationale en France par secteur (en milliards de mètres cubes par an)
Secteur Eau verte Eau bleue Eau grise
Dans la production agricole
(Source : Ministère de la Transition écologique, 2020)
132 27 8,6
Dans le pâturage
(Source : ADEME, 2019)
10 0,3 0,2
Dans la production animale
(Source : Water Footprint Network, 2021)
15 1,5 0,5
Dans le secteur industriel
(Source : EDF, 2019)
3 4 3,5
Pour l'usage domestique
(Source : ADEME, 2019)
- 4,4 11,4
Total 150 37,2 24,2

Toujours selon ce rapport, près de la moitié de l'empreinte hydrique française est importée (environ 47 %). Concrètement, cela signifie que le mode de vie des Français dépend en grande partie de l'eau utilisée dans d'autres pays pour produire les biens et services qu'ils consomment. Sur la période de 1996 à 2005, 73 % de l'eau virtuelle importée concernent les cultures et produits végétaux. Aussi, une grande majorité des importations sont une eau verte (67 %).

Quantité d'eau virtuelle importé et exportée en France (en Gm3 / an)
Secteur Importations Exportations
Eau verte Eau bleue Eau grise Eau verte Eau bleue Eau grise
Production agricole 45.1 8.6 3.8 35.9 4.9 4.4
Production animale 7.6 0.9 0.6 10.1 1.5 0.8
Production industrielle - 1.0 52.7 - 1.0 6.7
Total 52.7 10.5 15.1 46.0 7.4 12.0

Source : Rapport 56 sur l'empreinte eau en France - Water Footprint Network - 2012

Comparaison avec d'autres pays : exemples de pays ayant une forte ou faible empreinte d'eau

Si la France affiche une empreinte eau plus élevée que la moyenne nationale, c'est parce que de nombreux pays ont une consommation d'eau virtuelle totale beaucoup moins élevée.

Voici un comparatif des consommations d'eau virtuelle dans différents pays établi par Water Footprint Network entre 1997 et 2001 :

L'empreinte eau dans différents pays
Pays Total en Gm3 / an Empreinte eau par habitant
France
(Source : Water Footprint Network, 2021)
110 milliards de mètres cubes par an 1 680 mètres cubes par an
USA
(Source : Water Footprint Network, 2021)
2 484 milliards de mètres cubes par an 7 510 mètres cubes par an
Royaume-Uni 130 milliards de mètres cubes par an 1 790 mètres cubes par an
Italie 140 milliards de mètres cubes par an 2 270 mètres cubes par an
Canada 1 118 milliards de mètres cubes par an 31 720 mètres cubes par an
Bangladesh 958 milliards de mètres cubes par an 6 220 mètres cubes par an
Afrique du Sud 265 milliards de mètres cubes par an 4 430 mètres cubes par an
Indonésie 2 499 milliards de mètres cubes par an 9 710 mètres cubes par an
Australie 537 milliards de mètres cubes par an 22 210 mètres cubes par an
Mexique 551 milliards de mètres cubes par an 4 490 mètres cubes par an

Source : Water Footprint Network - 2021.

Les manières de réduire son empreinte hydrique

Les raisons pour réduire l'empreinte d'eau

Nous entendons beaucoup parler de l'importance de réduire son empreinte écologique pour lutter contre le changement climatique. Et pourtant, réduire sa consommation d'eau est tout aussi important. L'empreinte eau a d'ailleurs été créée pour mieux cerner les enjeux liés à la ressource vitale qu'est l'eau douce, et ainsi inciter la population, les entreprises et les industriels à agir.

Rappelons que selon une étude menée en 2016 par le professeur Arjen Y. Hoekstra, deux tiers de la population mondiale souffre d’une grave pénurie d’eau pendant au moins un mois par an. La situation actuelle de l'eau dans le monde est critique : la demande en eau est de plus en plus importante en raison de l'augmentation constante du nombre de population, alors que les activités humaines et les dérèglements climatiques menacent considérablement la ressource en eau. Sans oublier que l'eau douce ne représente déjà que 2,5 % de l'eau sur la planète. Les sept derniers rapports annuels du Forum économique mondial depuis 2012 signalent aussi que les crises liées à l’eau sont l'un des cinq principaux risques pour l’économie mondiale en termes d’impact potentiel.

Réduire sa consommation d'eau à l'échelle domestique ne suffit pas, car l'eau utilisée par les ménages ne représente que 1 à 4 % de leur empreinte hydrique totale. Il faut donc plutôt réduire sa consommation d'eau directe et indirecte, afin de :

  • Préserver la ressource en eau qui est présente en quantité limitée ;
  • Favoriser une accessibilité à l'eau plus équitable ;
  • Réduire la menace posée par la pénurie d'eau sur l'humain et la biodiversité.

Les mesures possibles pour la réduire

Il y a plusieurs mesures possibles à l'échelle individuelle ainsi qu'à l'échelle d'un pays pour réduire l'empreinte eau. Parmi elles :

  1. Mettre en place des technologies plus avancées qui permettent d'utiliser moins d'eau et de réduire la pollution des ressources en eau ;
  2. Promouvoir l'agriculture durable : près de 40 % de notre empreinte eau est liée à l'agriculture. Selon l'OCDE (Organisation européenne de coopération économique), c'est le secteur le plus gros consommateur d’eau et l’un des plus gros pollueurs de cette ressource. Face à cette problématique, la meilleure solution est l'agriculture durable qui utilise des techniques innovantes pour limiter son impact sur l'environnement (l'eau, le sol et l'air) ;
  3. Réduire sa consommation de viandes : sachant que la viande représente 30 à 40 % de la consommation d'eau indirecte d'un individu, c'est l'un des premiers postes à réduire, voire supprimer ;
  4. Réduire sa consommation d'eau à la maison : pour faire des économies, il est important d'adopter les bons gestes pour diminuer sa consommation d'eau : privilégier les douches aux bains, réparer rapidement les fuites, réutiliser l'eau quand c'est possible, etc.

Différents experts proposent aussi des mesures qui doivent être prises par les gouvernements pour réduire l'empreinte eau des pays. Selon eux, il faut :

  • Fixer une limite maximum pour la consommation d'eau et la pollution des bassins hydrologiques. Ces limites pouvant être définies à travers une évaluation de l'empreinte eau ;
  • Établir des niveaux de référence en termes d'empreinte eau pour les producteurs et les secteurs économiques ;
  • Mettre en place des mesures pour promouvoir un partage équitable des ressources en eau douce limitées.

🔎 Empreinte eau : questions fréquentes

Que font les entreprises pour diminuer leur empreinte eau ?

Pour réduire son empreinte eau, une entreprise doit d'abord pouvoir évaluer sa consommation d'eau sur toute la chaîne de production. Différents outils et méthodologies existent pour accompagner les entreprises dans cette démarche. Par exemple, Suez a mis en place sa méthodologie Waterlily pour permettre aux entreprises de :

  1. Évaluer leur consommation totale d'eau en établissant un bilan hydrique ;
  2. Évaluer les impacts environnementaux liés à leur utilisation d'eau ;
  3. Concevoir les bonnes infrastructures et choisir les technologies les plus économes en eau pour leurs activités.

Comment mesurer son empreinte eau ?

Il existe plusieurs outils en ligne pour calculer son empreinte eau. L'outil de calcul de Water Footprint Network est le plus connu aujourd'hui. Il permet de calculer l'empreinte eau d'un individu en fonction de ses habitudes alimentaires, son pays, ses revenus, etc.

Alternativement, vous pouvez utiliser la plateforme de Empreinte H2O, qui fonctionne sur le même principe.

Quelle différence entre l’empreinte eau et l’eau virtuelle ?

L'empreinte eau est un concept étroitement lié à celui de l'eau virtuelle. L'empreinte eau sert en fait à mesurer la consommation totale d'eau virtuelle d'un individu, d'une population, d'une entreprise, d'une nation, voire du monde.